Je pense donc je grimpe.

jeudi 26 juillet 2012

C’ÉTAIT COMMENT VOTRE PREMIÈRE FOIS?

Vous aussi vous avez eu peur ? Vous aussi vous avez aimé ? Vous aussi vous aimeriez aider votre ami(e) à progresser ? Nospot s’est tourné vers deux débutants afin qu’ils nous parlent de leurs joies et appréhensions dans leur découverte de l’escalade. Béatrice, la québécoise et Olivier, le belge nous livrent leur histoire d’amour toute récente avec le monde de la grimpe.

Bonjour à vous deux! Alors, est-ce que vous pourriez commencer par vous présenter?


OLIVIER : Salut, je m'appelle Olivier, belge, j'ai 21 ans. Je suis pour l'instant étudiant en logopédie à Bruxelles. Pour me détendre, un petit peu de sport (voire plus) me fait du bien mais en escalade comme dans certains autres sports, la dimension sociale voire une peu « familiale » que j'aime bien  est présente.

BEATRICE : Femme de 23 ans, québécoise, musicienne, étudiante à la Master en hautbois sur Berlin.

DSC00180_thumb

Comment avez-vous découvert l’escalade ?


OLIVIER : Je me suis intéressé à l'escalade après avoir fait du canyoning. J'ai adoré la proximité que l'on peut avoir avec la nature par le biais de ce type de sport. C'est comme ça que j'ai voulu essayer. Quelqu'un de confirmé m'a un jour amené à la salle, m’a appris les bases et voila, j'ai commencé.

BEATRICE : J'ai découvert ce sport l'année passée quand j'étudiais à Bruxelles, par ma copine qui pratiquait le sport depuis déjà longtemps.

Comment se sont déroulés vos premiers pas ?


OLIVIER : La première fois, j'étais pas à l'aise, mes bras flanchaient, j'avais des bouteilles... Mais un certain plaisir était là.

BEATRICE : Après les nombreuses insistances de ma copine, j'ai finalement accepté  de venir grimper à la salle "Itinéraires" (ndlr: Bruxelles - Belgique) juste pour essayer. Je n'avais aucune base, aucune idée de comment se déroulait une séance de grimpe, ni comment me servir de l'équipement.

Comment vous êtes-vous senti(e)s ? Epaulé(e)s ? Plein de peur ? En sécurité ? En confiance ? En total panique ?


OLIVIER : J'étais bien épaulé, j'avais confiance en mon assureur mais au fur et à mesure que mes bras fatiguaient, un stress venait.

BEATRICE : Je dois dire que j'ai eu très peur dès que j'ai atteint un peu de hauteur....je ne faisais absolument pas confiance à ce système de corde et de petits crochets. Mais j'ai aussi ressenti un immense plaisir à grimper et me balader sur le  mur.

Quelles ont été vos impressions sur le plan physique, musculaire et mental après cette découverte ?


OLIVIER : Je me suis rendu compte que le mental était intimement lié au physique. Bien que j'ai fait pas mal de sport avant, je ne l'avais jamais vu de manière aussi directe et intense.

BEATRICE : J'ai fait la réflexion dès ma première séance que l'escalade était vraiment un sport de dépassement de soi, de confiance et de force mentale. Sur le plan physique, j'avais la crainte de forcer mes avants-bras qui sont déjà fragiles et sujet aux tendinites. Mais finalement, par après, cela s'est avéré bénéfique de développer de nouveaux muscles dorsaux et de toujours faire suivre ma grimpe d'une bonne séance d'étirements.

Mais… faisiez-vous du sport avant ? De quelle manière et à quelle fréquence ?


Untitled_thumb_e8ed6c801a81a4c6f3c44a40b00b6e6eOLIVIER : J'ai fait un peu de tout. J'ai commencé par faire du tennis quand j'étais gosse, après du tir à l'arc de l'aïki-do, capoeira. J’ai aussi essayé le budo et le judo. Et c'était plus ou moins régulier.   
  
BEATRICE : J'ai pratiqué beaucoup de sport de l'enfance à l'adolescence : soccer (ndlr: football pour les européens), cross-country, basket-ball, volley-ball et natation. Je fais depuis mes 18 ans de la marche en montagne, vélo-camping, et vélo de ville de façon assez régulière.

Justement, comment vous décririez-vous physiquement ? Pensez-vous bénéficier d’atout ou dés-atout physique pour l’escalade ?


OLIVIER : Normal, la taille est un atout à mon avantage ainsi que le poids.

BEATRICE : Je possède une bonne endurance musculaire et un système respiratoire bien entraîné (à cause du hautbois). Je développe aussi très rapidement une masse musculaire.

Quelle était votre image de l’escalade avant ces premiers pas ? Maintenant cela a t-il changé ? A quel niveau ?


OLIVIER :  Un peu statique mais j'ai vite changé d'avis....

BEATRICE : Avant l'année passé, je ne connaissais absolument rien à ce sport, il me paraissait aussi inaccessible que le ski acrobatique ou la plongée en apnée. Maintenant, C'est un sport que je trouve tout à fait accessible et tellement intéressant. Surtout pour le bloc urbain, particulièrement accessible à Berlin. Une paire de chausson et le tour est joué.

Aujourd’hui, pratiquez-vous encore l’escalade ? Pour quelles raisons ?


OLIVIER :  Oui, accorder le mental et le physique est très positif, se mettre dans les positions les plus bizarres les unes que les autres pour prendre des prises. Et puis le côté camaraderie est aussi sympa.

BEATRICE : Je le fais par pur plaisir, détente et plaisir de l'échange. En effet, j'apprécie vraiment l'échange avec les autres grimpeurs, les conseils mutuels et surtout observer mes collègues le long des voies.

Comment pratiquez-vous ?


OLIVIER : Je vais deux à trois fois par semaine en salle. Ça fait plus ou moins 6h... sinon aller en falaise est très sympa !

BEATRICE : Environ une ou deux fois semaine, je ne pratique que le bloc, en salle et encore mieux, en milieu urbain. Je ne suis pas encore prête à faire l'escalade en hauteur et je ne sais pas si éventuellement j'en ferai.

Quelles sont vos envies de progression ?


OLIVIER :  C'est un peu dur à dire mais arriver à être autonome en falaise, être plus à l'aise en tête.

BEATRICE : Je pense que pour la plupart des grimpeurs, le bloc est un entraînement en vue de développer une meilleure technique pour l'escalade en hauteur et falaise. Mais pour le moment, le bloc me comble, je n'ai pas envie de me lancer dans les hauteurs.

La plus belle chose que procure l’escalade ?


OLIVIER :  Dur à dire, il y en a plein mais être dans le moment présent, rien avant juste le maintenant.

BEATRICE : Des prises de conscience! Fort intéressant car je fais des parallèles avec mes performances musicales. Par exemple, je travaille trop souvent en force en ne voyant pas de chemins plus faciles s'offrant à moi.  J'expérimente aussi toutes sortes d'attitudes mentales par rapport à la confiance, la concentration et le positivisme.

DSC00209_thumb

Le plus dur ?


OLIVIER :  On perd vite ce pour quoi on s'entraîne.

BEATRICE : Vaincre ma peur des hauteurs, faire confiance au matériel et à moi même qui tiendra au rocher...

Votre leitmotiv à chaque séance ?


OLIVIER :  Lentement mais sûrement !!!

BEATRICE : Avoir du plaisir et trouver un bien-être physique.

Si vous deviez emmener un débutant, quels seraient vos conseils et attentions ?


OLIVIER :  Bien apprendre les bases de la sécurité et mettre la personne à l'aise prendre le temps, faire en sorte que ça se passe bien quoi.

BEATRICE : S'amuser dans le mouvement, rechercher le bien-être et la fluidité.

L’équipe Nospot vous remercie d’avoir consacré votre temps à cette interview !

Aucun commentaire :

Publier un commentaire