Je pense donc je grimpe.

vendredi 27 juillet 2012

INTERVIEW DE PHILIPPE RIBIERE: UN GRIMPEUR NÉ POUR FAIRE BOUGER LES MENTALITÉS.

phil

Il a grimpé en Europe, aux USA, au Japon et en Inde où Petzl l’a envoyé pour promouvoir l’escalade dans des écoles, les ONG et autres fondations.

Il est aussi un prophète sans bâton qui estime que s’il arrive à toucher une seule personne c’est qu’il fait assez bien son travail.

Handicapé physique, mais aussi et surtout sportif professionnel, Philippe Ribière nous livre sa vie, sa grimpe et son combat.


Bonjour Philippe. Alors pour ceux qui ne te connaisse pas, tu as es à ma connaissance le seul grimpeur professionnel de la planète grimpe qui est atteint d’un handicap physique lourd. Pourrais-tu expliquer comment tu as découvert la grimpe ?


En fait j’ai appris la grimpe pas hasard vers mes 16-17 ans où j’étais fort en vélo et j’ai voulu me lancer là-dedans à fond. Malheureusement et heureusement, j'avais trouvé un groupe cycliste mais l'entraineur a refusé mon inscription. J’avais la rage…Alors, je me suis rappelé de ce camp d’été où j’avais découvert l’escalade. Je me suis diriger vers un club de grimpe pas loin de chez moi et ils m’ont bien accueilli.

Tu as ressenti quoi face aux prises la première fois ?


Mes parents n’ont jamais voulu faire des aménagements spécifiques par rapport à mon handicap et ça m’a aidé. Jamais le mot handicap n’est sorti de leur bouche ; bien que je sois handicapé à 60%.
Je n’ai pas plus flippé qu’un autre et j’ai fait un 5C à vue la première fois et en basquette ! En fait, l’escalade est quelque chose qui m’a paru naturel.

La passion est venue comment ?


Franchement, au départ c'était plus pour m'éloigner de mes parents avec ces foutus problèmes d'adolescents ; je ne voyais pas l'escalade comme une passion. C'est plus tard, avec les compétitions où ’ai rencontré deux amis un peu marginaux qui m'ont poussé à m'entrainer. Je les idéalisais ! Je ne voyais pas l’intérêt de la compétition car je n’avais pas le niveau et… c’est toujours le cas maintenant ! Mais bon, ils m’ont poussé aux fesses pour finalement participer au Championnat National Jeunes à Buis-les-Baronnies où mon pote Daniel Dulac fut sacré Champion de France. C'est après ça que c'est devenu une passion.

1

Comment est arrivée la reconnaissance et le sponsoring ?


Après cette expérience des championnats de France que mes potes m’ont fait remarqué une chose : « Y’a un truc bizarre dans  cette compétition, t’es le seul handicapé ! Peux-être que tu devrais demander des partenaires ? ». Je ne voyais pas ; comme je t’ai dit, je n’ai pas été éduqué avec cette notion de : « toi, tu es handicapé, différent ».

La première main tendue est venue de BEAL en 1999.. Cela fut une chouette reconnaissance car à cette époque, je me battais pour que l’on crée une catégorie supplémentaire dans les compétions régionales, nationales et internationales et… pas grand monde m’écoutait ! Donc ce coup de pouce de BEAL m’a un peu regonflé au niveau de la motivation.

Je voulais montrer par ma présence que l’on peut tous être différent et que le délire des compétitions est accessible à tous, peu importe le niveau.

Grâce à cette première reconnaissance de BEAL, j’ai été un peu plus écouté et les relations de copinage avec les marques ont commencé à se mettre en place.

La deuxième main tendue, je la dois à Bernard Brambillia de la marque TAKE.

Grâce à cette collaboration, j’ai fait des démonstrations d’escalade sur les compétitions aux Championnats de France, Championnat d’Europe 2001 et au championnat du monde 2002 avec la Fédération Française Handisport pour ainsi prouver que les possibilités de grimpe en mode « handi » existent.

Y’a Petzl aussi non ?


Relax hein Brice, j’ai pas fini mon histoire ;-)

Y’en a effet aussi Petzl que j’ai rencontré en 2000, lors d'une coupe du monde à Millau. J'avais juste participé à la compétition amateur pour arborer fièrement mon logo Beal et dans ma tête le processus de reconnaissance était enclenché.

En 2002, nous nous croisés lors de Champts du Monde. Il avait débarqué en me lâchant : « Te souviens-tu de moi ? Je travaille maintenant pour Petzl et je te souhaite la bienvenue dans le Team Petzl ! »

Philppe-Ribiere-Sweeden_thumb

Qu’est ce qui te touche le plus dans les démarches de sponsoring ?


Hum… les rencontres! En fait, y’a pas de demande, pas d’attente spécifique ; c’est juste une rencontre humaine et un échange.

Comme par exemple, en 2001 où j’ai rencontré Chris Sharma lors de ses tentatives dans « Biographie ». Il participait à la Coupe du Monde de Gap, il est venu après les demi-finales me rencontrer.. bref il était curieux... On a bavardé… Puis j’ai rencontré Lisa Rands qui était à l'époque chez Prana. A leur arrivée chez eux aux US, Chris et Lisa ont demandé au boss de Prava de me sponsoriser : ça été mon premier gros « contrat » de sponsor.

Ensuite est venue La Sportiva et North Face m'a recruté en 2008.

Y’a plus d’un grimpeur non handicapé qui serait jaloux non ?

RIRE

A la base j’étais un handicapé qui faisait de l’escalade, puis un grimpeur handicapé, puis un grimpeur professionnel. Il m’a fallu 15 ans pour changer les mentalités.



Mais en fait là, je fais ma grande gueule car les choses n’ont pas vraiment bougé... Le Handi-Grimpe (ndlr : Association visant à développer l’accessibilité et la pratique de l’escalade aux personnes handicapées) existe depuis 8 ans et cela ne bouge pas vraiment. J’ai la tête pleine d’interrogations… Est-ce que l’on fait mal notre travail ? Est-ce que les gens ne s’intéressent pas aux handicapés ? Je sais pas trop…

Cela t’a fait quoi la célébrité ?


Quand on est quelqu’un qui n’a pas reçu d’amour à cause de son handicap et de son abandon…  quand on n’a pas de considération et que du jour au lendemain on te dit que t’es le plus beau et le plus fort… faut surtout pas commencer à y croire… sinon c’est la fin des haricots… Heureusement j’ai des amis qui me remettent les pieds sur terre et qui me rappelle qui je suis vraiment...

Tu voulais faire quoi à la base avec Handi Grimpe ?


Un truc tout con et tout simple : pousser les personnes handicapées à sortir de chez eux et à faire des activités culturelles et sportives.

2

Comment est née l’association ? Dans quelle circonstance et avec quel but ?


Je l’ai fondée en 2003 après être rentré chez Petzl. Je me suis dis: « Bon, tu as des sponsors ; tu pourrais revendiquer une idée au lieu de râler. Fais quelque chose de positif, comme ça si ça ne marche  pas, tu pourras que le reprocher à toi-même ! »

Handi Grimpe est un support événementiel et c'est pour cela qu'il n'y a pas d’adhérent, pas de moniteur, etc. Bon évidemment, je réponds aux gens qui posent des questions, aux sociétés qui veulent aider les handicapés et je joue le rôle de conseiller technique. (ndlr : Philippe a été pendant 5 ans à la fédération française des sports adaptés pour les aider à faire évoluer leurs compétitions escalade)

Bref, le but d’Handi-grimpe, c’est de créer un évènement où les handis viennent partager leur expérience. J’aurais aimé que ces mêmes grimpeurs se mettent en avant et pas que ce soit toujours moi qui soit mis en avant…

Mais… il y a un vrai problème de reconnaissance de son corps, de son amour de soi… Je comprends cela... moi j’ai la chance d’avoir 25 ans d’acceptation de moi grâce à la grimpe… Une personne handicapée se sent inférieur… et bon, au final, c’est toujours moi qui suit mis en avant, alors que ce n’était pas du tout la dynamique de base.

Et quels sont les résultats d’Handi Grimpe ?


Bin comme je t’ai dit : ça ne marche pas !

Ca m’attriste tu sais… mais je ne lâche pas le morceau… car c’est un message qui passe petit à petit… même si ma saoule… car y’a pas de retour… j’aurais aimé provoquer une rébellion… mais la vérité c’est que le handicap en France on s’en branle…

J’aurais aimé faire des compétitions dédiées aux handicapés mais on est loin de cela… Y’a aussi des gens donc c’est le métier, qui le font mieux que moi alors peut être que je m’y prends mal, tu vois...
Quand tu parles des handicapés, tu vises aussi les aveugles, les trisomiques, etc. ?

Dans le concept du Handi Grimpe, si je refuse des gens, ça veut dire qu’ils n’existent pas. Les handicapés, quel que soit leur handicap, sont reniés, exclus de la société. Imagine qu’à 60% de handicap, tu touches une pension de 700 € par mois. Si tu veux t’acheter un fauteuil roulant : t’as pas les moyens. Alors clairement, Handi-Grimpe ne va pas lui aussi jouer la carte de l’exclusion ; Handi-Grimpe est ouvert à tous les handicaps.

3

Comment une personne ayant un handicap peut entreprendre la démarche de grimper ?


Bah c’est simple: tu défonces les portes, tu te pointes dans une SAE  et tu grimpes.
Sinon, y’a la fédération handisport qui aide les handis physiques, mentaux, aveugles, etc. Si elle te propose une SAE avec un prof pour t’accompagner, c’est tout bon… sinon… tu prends ta mère, ton père, tes chaussons, ce que tu veux et tu vas grimper. T’es handicapé, assume !

C’est quoi Evolution-tour ? http://www.evolution-tour.com


C’est un concept. Comme je te l’ai dit, le Handi Grimpe ne marchait pas. Malgré cet échec, je gardais en tête l’idée de parler du handicap à travers l’Europe. Donc j’ai profité de ma petite notoriété pour voyager dans un camion, grimper et rencontrer des gens.

EVOLUTION TOUR Teaser 2010 par Evolutiontour

Tu avais un but différent du Handi Grimpe avec Evolution-tour ?


Oui. Le premier but était de mettre les gens face à une question : « Comment parle –ton du handicap en Europe ? » et de discuter de cela avec eux. Je témoignais à travers une série de conférence dans des SAE, des associations pour handicapés et les ambassades françaises. Et puis bon, je voulais aussi profiter un maximum et grimper avec les meilleurs grimpeur de chaque pays ! ;-)

Chouette programme ! Et alors : réussite ou échec ?


Cela s’est super bien passé ! L’organisation a été un peu longue mais j’ai eu beaucoup de chance.
J’avais pas d'argent pour acheter un camion. Un jour, j’ai reçu un coup de téléphone du gouvernement français qui me demandait si j’avais besoin d'aide pour mon tour d’Europe. Là j’ai failli lâché le téléphone ! En fait, l’histoire c’est que grâce à mes évènements Handi-Grimpe où j’avais rencontré des députés, des ministres etc. Je pensais qu’ils voulaient juste se la jouer devant la caméra mais en fait il y a en a un qui a été vraiment intéressé et du coup, j’ai eu un entretien. Ce qu’ils ont fait m’a vraiment surpris ! Ils ont contacté toutes les ambassades de France avec un message officiel du style : « Monsieur Philippe Ribière, handicapé rend visite dans chaque pays, il travaille sérieusement et pensons qu'il peut bien représenter la France, organisons-lui des conférences… et bla bla bla… »

Bref, un chouette support logistique quoi !

Et là ensuite, cerise sur le gâteau, PETZL me sauve la mise en me vendant un camion Renaud Trafic et décoré pour un euro symbolique !

Je ne suis pas sûr que beaucoup de grimpeur français ait eu cette opportunité. J'en suis trop fier, juste parce que c'est lié à mon travail, mon engagement et en aucun cas parce qu'on ne peut pas dire « NON » à un handicapé. ..Histoire de mettre les idées dans l'ordre !

Et t’as prévu une suite à l’Evolution-Tour ?


J’aimerais bien une version mondiale mais là je m’arrête un peu après tous ces voyages et les propositions diverses.

Comment tes relations avec les grimpeurs non handicapés ont évolués grâce à Handi Grimpe et Evolution-Tour ?

Déjà , je crois qu'il faut leur poser la question à eux directement.

Sinon, comme chacun, j'ai rencontré plein de gens hyper sympatiques ! Evolution-Tour a bien été couvert pas les TV, du coup, y’a pas mal de grimpeurs qui ont été curieux de me rencontrer.
Dans les gros souvenirs niveau rencontre y’a Adam Ondra qui est vraiment un mec cool avec qui on peut partager nos expériences d’escalade sans parler de niveau.Y’a surtout Nathalia Gros qui non contente d’être THE BIG championne d’Europe est surtout une amie formidable.

Puis y’a les maître des maîtres comme Chris Sharma, Dave Graham, Lynn Hill, Thomas Mrazek, etc.
L’Evolution-Tour semble vraiment te tenir à cœur. Qu’est-ce qui t’as le plus marqué dans cette expérience ?

J’ai vécu mon expérience de vivre seul, d’accepter ma solitude : la vie. J’ai dû faire un retour en arrière, sur le handicap, sur mon handicap face à certains débiles. J’ai dû accepter que des choses ne peuvent être maitrisées, apprivoiser plus mon handicap pour mieux m’en servir.

J’espère avoir laissé une énergie positive. Tu sais, on peut partir de rien et arriver à faire quelque chose de sa vie. Le handicap est une mauvaise excuse que l’on se donne… et j’aime pas cela ; faut garder la tête haute, se battre et réussir.

Quels sont tes prochains projets ?


Bah allonger mon sexe ;-) non ? Rires..

Les Championnats du Monde Paraclimbing qui se dérouleront à Arco le 18 juillet 2011.
Sinon continuer le projet de film qui est en train d'être tourner : WILD ONE.

Cela faisait longtemps que je voulais faire un film sur moi mais pas fait par moi-même. J’en ai marre de faire les films moi-même !



C'est un film qui pour l'instant est dirigé par la société FILMIT et en partenariat avec TV Slovenija. FILMIT a choisi de parler d'un homme qui est parti de rien avec toutes les histoires qui lui ressemblent comme l'abandon, l'adoption, le handicap, l'escalade, les Handi-Grimpe, les voyages et le mot commun à tous : l'amour.

Pour l'instant, nous avons de bonnes opportunités et seul l'avenir parlera pour nous.
Sinon, ce sera le meilleur film de l’univers du monde de la planète intersidérale !

4

C’est clair ! RIRE


Sérieux… ce sera un film vraiment complet mais qui ne fera pas pleurer... Ce sera un message positif ; que l’on peut tous réaliser nos rêves.

Confusius a dit : « Peu importe la vitesse à laquelle tu avances, dès l'instant que tu ne t'arrêtes pas ».

Et moi c’est clair, je ne compte pas m’arrêter !

Un dernier mot?


Quoi un seulement ?

Allez ; deux !


Space Cow-Boy...
RIRE

phil_thumb

Le mot de la fin, ce serait vraiment cette putain de refus du handicap en France. Aux USA on célèbre le handicap : ils en sont fiers, ils trouvent ça chouette ! Mais en Europe… y’a encore du travail.
Allez voir la vidéo de Ronny Dickson, amputé d’une jambe, qui fait du 7B bloc, ça doit être une référence connue par tous et pas juste un truc que les gens découvriront dans cette interview !



Liens à visiter :
- Blog de Philippe : http://philipperibiere.blogspot.com
- Evolution Tour : www.evolution-tour.com
- Teaser Wild One : http://vimeo.com/1477273 6
- Sponsors : Petzl, North Face, La Sportiva, Beal, Julbo, Climb On, Chimpanzee Bar

Aucun commentaire :

Publier un commentaire