Je pense donc je grimpe.

jeudi 26 juillet 2012

F. Déterminer la pression atmosphérique

Dans la prévision du temps l’oscillation de la pression atmosphérique joue un rôle primordial.

Le but de cet article est de vous permettre de comprendre les indications fournies pas une station météo portative, comme par exemple la montre d’alpinisme CASIO PRO TREK PRG-240.


Je ne vais pas vous mentir ; cet article est assez indigeste. Cependant, rassurez-vous, après cette grosse dose de théorie, l’article :  « LES SIGNES DU TEMPS » contient un tableau récapitulatif qui vous facilitera la vie.

Rappel théorique


La pression atmosphérique est la force exercée par l'atmosphère sur une unité de surface de la Terre. À un endroit précis, la force de pression est égale à la force exercée par une colonne d'air, de surface unitaire, partant du sol et allant jusqu'au sommet de l'atmosphère.


La pression atmosphérique se mesure surtout à l'aide d'un baromètre, d'un hypsomètre ou d'un altimètre. Elle a été longtemps mesurée en mm Hg (puis en torr) en raison de l'utilisation courante de baromètre à colonne de mercure. Depuis l'adoption du pascal comme unité de pression, les météorologues utilisent un multiple de cette unité, l'hectopascal (1 hPa = 100 Pa), nouvelle dénomination du millibar (1 bar = 100 000 Pa).

On trouvera la correspondance de ces unités de mesure dans le tableau ci-dessous. Les baromètres à colonne de mercure réelle sont à la fois les plus précis et les premiers inventés. Si l'on met à part le torr, unité purement scientifique de pression, équivalant à 1/760 d'atmosphère, soit 1,333 baries ou 1,333 hPa (mbar), on observe généralement l'échelle de valeurs suivantes :

On peut, dans la pratique, afin de convertir les mm de mercure (mm Hg) en millibars, et réciproquement, adopter la correspondance mathématique suivante :

1 mm Hg = 1,333 hPa (mbar)
1 hPa = 0,750 mm Hg
1 hPa= 1mbar


Dans nos jours la pression atmosphérique se mesure facilement grâce aux appareils électroniques modernes : stations météos portables, montres avec fonctions supplémentaires cibles (baromètre, thermomètre, altimètre etc.)

Le baromètre, la fonction qui mesure la pression, quant à lui, permet d'observer :

· l'augmentation et la diminution de la pression atmosphérique

· la vitesse (ou mieux la courbe) de l'augmentation ou de la diminution de pression.


C'est pourquoi bon nombre de baromètres usuels possèdent des points de repère, toutefois sans grande signification : beau fixe, beau temps, variable, pluie, tempête. L'aiguille indicatrice est remplacée par un stylet encreur dans les modèles enregistreurs.

Evolution de la  pression atmosphérique


La  pression barométrique absolue est la valeur réelle et absolue (par rapport à la valeur "au niveau de la mer ") de la pression atmosphérique en un lieu donné. Cette valeur est importante pour la prévision du temps, du fait qu'elle est comparable avec les mesures effectuées en d'autres lieux, après réduction en fonction de la valeur au niveau de la mer.

Evolution altitudinale de la pression atmosphérique


Les valeurs de la pression par rapport à l’altitude sont:

- de 760 mm Hg (1 0 13 hPa) à 0 m d'altitude - niveau de la mer

- de 716 mm Hg à 500 m d'altitude (954,5 hPa)

- de 674 mm Hg à 1 000 m d'altitude (899 hPa), etc.

La règle dit que la diminution de pression est en gros de 1 hPa tous les 8 mètres d'altitude. C’est comme cela que les montres de trek évaluent votre altitude. C’est aussi pour cette raison que l’on parle d’une estimation de l’altitude et non de l’altitude réelle.

Evolution journalière


L’'évolution de la pression atmosphérique est quotidienne : elle tend à augmenter le matin et la nuit. Elle baisse l'après-midi par suite du réchauffement diurne, surtout en été.

Ces variations journalières représentent en moyenne, 1 mbar, indépendamment de l'évolution du temps ; elles ressemblent quelque peu aux marées et sont dues elles aussi à la position réciproque du Soleil et de la Lune.

Ces variations quotidiennes sont faciles à observer par temps constant.

Attention : En montagne, on observe le phénomène inverse : la tendance est à l'augmentation dans l'après-midi lorsque l'air affluant provoque une suppression.

Evolution saisonnière


Nous pouvons constater une tendance à l'élévation de la pression d'août à septembre, et à la diminution de la pression par la suite, surtout en avril.

En montagne, on observe les plus hautes pressions en été et les plus basses en hiver.

Ces observations sont bien sûr conditionnées par l'évolution du temps : il y a peu de basses pressions en automne, et beaucoup au printemps, ce qui influe nettement sur le temps dans les deux cas. Les basses pressions d'hiver jouent un grand rôle sur les conditions hivernales en montagne.

EN CLAIR, le baromètre traduit en un lieu donné l'état de la colonne d'air qui le surmonte. L'air froid est dense et fait "monter" le baromètre: on observe une haute pression. L'air chaud est léger: on observe une basse pression. La vitesse de l'évolution de la pression atmosphérique est très utile pour la prévision du temps à venir.


Exceptions à ce schéma général.


Exception 1

Lorsque le baromètre a tendance à baisser au lieu d'observation, le temps est quand même beau. De l'air chaud venant du sud descend vers le nord. On observe une baisse de la pression atmosphérique. L'air chaud à proximité du sol progresse très vite (plus vite qu'en altitude) et de l'air froid arrive à l'arrière, en provenance des hautes altitudes. Cet air descendant dirige les nuages et dégage le Soleil.

Exception 2

Lorsque le baromètre a tendance à augmenter au lieu d'observation : le temps est quand même nuageux et pluvieux. De l'air froid proche du sol et venant du nord souffle rapidement au sud. On observe une élévation de la pression atmosphérique. L'air froid repousse l'air chaud stationnaire en altitude. Mais le refroidissement a les conséquences suivantes pour l'air chaud : des nuages se forment et des précipitations ont lieu.

Exception 3

Après le passage d'une zone de basse pression, des coins de haute pression provoquent souvent de rapides augmentations de la pression atmosphérique. Malgré le vent fort, il pleut ou il neige ensuite. L'air froid fait s'élever l'air chaud et en provoque le refroidissement. Finalement, au cours de l'évolution d'une situation de haute pression de longue durée, on observe une nouvelle augmentation de la pression atmosphérique.

Votre baromètre


Impossible pour vous de vous expliquer comment utiliser votre baromètre.

Lisez attentivement le manuel et faite un parallèle entre la théorique et les possibilités de pratique offertes par votre matériel.


Aucun commentaire :

Publier un commentaire