Je pense donc je grimpe.

samedi 28 juillet 2012

BLACK DIAMOND, CAMP, PETZL ET SIMOND SONT SUR UN BATEAU. QUI TOMBE À L’EAU ?

A plusieurs reprises, j’ai été interrogé sur mes préférences en matière de dégaine et mousqueton.

J’avoue n’avoir jamais voulu entrer dans ce genre de débat. Fidèle à la logique du « F fonction » en design industriel, je m’en tiens toujours à cette approche simple pour du matériel.

             locker_thumbmousqueton_bet_lock_thumb (1)rocklock_screwgate_thumbspider_hms_vis_thumb
Bon, vous ne comprenez rien ? Je m’explique : tout objet a une Fonction primaire. Souvenez-vous pour la tente T2, elle devait nous permettre de dormir au sec et j’avais donc démontré qu’une tente à 19 € remplissait aussi bien son rôle « F » qu’une tente à 400 €, l’usure finale de la tente étant imputable à des erreurs de manipulation humaine. Vous me suivez ?

« F fonction » des dégaines et mousquetons.

black_thumbLe « F fonction » des dégaines et des mousquetons est donc de clipser et de déclipser, tout en étant capable d’absorber de façon régulière des ondes de choc.

La question est donc de déterminer si une dégaine 15 € remplit le même « F » qu’une dégaine à 8 €. Idem au niveau des moustifs.

Bon, vu que ces matériaux d’escalade sont tous commercialisés, ils sont tous labélisés EPI et de ce fait, remplissent tous la « F fonction » de la même façon.

Cela me fait beaucoup sourire lorsque je lis des articles rédigés par des grimpeurs expérimentés qui disent ne pas se sentir à l’aise avec une dégaine qui affiche une résistance de 2KN inférieur à un autre modèle. Les différences de résistance n’ont en fait aucune importance puisque l’onde de choc est de toute façon absorbée par l’ensemble des éléments qui composent votre cordée (rocher, piton, dégaine, corde, baudrier et vous).

S11CM_thumbIl y a également les grimpeurs qui philosophent pendant des heures sur la facilité de clipsage, l’aisance permise par le ressort, l’ergonomie, etc.

Bon… il est vrai que je grimpe max 7A. Il est vrai que je ne fais pas de longue voie et que mon expérience est vraiment inférieure à tous ces grimpeurs chevronnés… mais… si on réfléchit simplement… quand on voit les positions d’escalade que ces grimpeurs maîtrisent, quand on connait la force qu’ils développent dans leurs mains, est-ce vraiment un ressort de mousqueton un rien plus affiné qui va tout changer ?

Personnellement, je pense que ce sont les qualités du grimpeur qui font la dégaine et pas la dégaine qui fait le grimpeur. Mais évidement c’est un avis très personnel.

Lorsque j’entends des grimpeurs qui disent qu’ils ne peuvent grimper qu’avec tel ou tel modèle, je souris. J’ai souvent discuté avec certains défenseurs acharnés de telle ou telle marque et jamais on ne m’a avancé d’argument basé sur des faits ; marketing et réalité ne font pas bon ménage.
En résumé: toutes les dégaines et tous les mousquetons se valent ? Et bien non…
camp_thumb

Procédure de test

Dans un précédent article consacré à la gestion et traçabilité du matériel d'escalade j’avais expliqué mon point de vue sur la longévité du matériel. Puisque les fabricants eux même sont incapables d’évaluer correctement la durée de vie du matériel (voir l’article pour mieux comprendre cette approche) il m’est impossible de vous dire ici quelle marque produit du matériel qui résiste mieux à l’usure.

J’ai malgré tout tenu à tester de façon intensive et ciblée une série de dégaines et de mousquetons pendant un an afin de voir si une usure pouvait ou pas être constatée. Si cette procédure n’a presque eu aucun résultat intéressant avec les dégaines, il n’en est pas de même pour les mousquetons.

DSC01508_thumb

  1. Mon premier axe de test est donc l’usure dans le temps.
  2. Mon second sera le poids et le prix.

Les dégaines

Poids et prix

Le problème avec les dégaines c’est qu’il en faut au moins 10. Plus on va grimer long et plus le poids va devenir encombrant et le trou dans le porte feuille important.

Voici ce que donne un tableau récapitulatif :

degaine_thumb

Petite précision : les prix sont les prix auxquels j’ai acheté le matériel. Entre temps, le prix des dégaines Black Diamond a baissé car il s’agit de l’ancien modèle.

And the winner is…

Si on considère que 40 dégaines est un nombre honorable de dégaines, je dirai que le grand gagnant du test de Simond qui propose le meilleur rapport poids/prix.

Coté usure, rien à signaler et c’est normal ; même après une centaine de sorties, le nombre de clipsage de chaque dégaine est trop faible que pour pouvoir entrainer une usure.

Les mousquetons

Poids et prix ? Pas vraiment…

Le nombre de mousqueton que l’on emporte est beaucoup plus réduit. Personnellement, je n’en ai jamais emporté plus de 6.

Le facteur poids est, dans ce cas, peu important.

Jetons un œil à la facture :
Simond HMS Vis 11,61 €
Camp HMS Bet Lock Screw 6,26 €
Black Diamond Rocklock 10,71 €
Petzl Locker 9,81 € TTC
Mousqueton produit blanc 6,00 €

Niveau prix, le mousqueton produit blanc semble être tout indiqué… sauf que celui-ci nous a lâchés à la deuxième sortie en falaise !

Regardez cette photo :

DSC00932_thumb

Comme vous pouvez le constater, ce mousqueton ne se ferme plus. Il est bon pour le déclassage !
Au bout d’une année d’utilisation, le Camp commence aussi à fatiguer, cela se sent à la puissance du ressort qui diminue petit à petit.

And the winner is…

Ce qui a fait au final la différence, c’est l’utilisation. Le Simond HMS Vis s’est hissé au dessus de la mêlée grâce à sa forme ergonomique.

Son nez sans angles ni aspérités rendent l'utilisation plus fluide, sans accroche dans les appareils ou les amarrages.

images_thumb_a7a29c0c4b1091b2593bbee2785f729e

Le corps rond du mousqueton ne présente en fait aucune aspérité et facilite le retournement du demi cabestan. Cela permet aussi de pouvoir retirer très facilement un nœud de cabestan très serré, même humide.
spider_hms_vis_thumb_3413a4fa8ff6923b9f9d2d3f55b34595

Forme parfaite, déroulé de la vise impeccable et impossible que le nez se coince dans les moments de panique ; j’avoue que depuis, c’est lui qui est fixé en permanence sur mon baudrier et mon Grigri.

Conclusion

Au final, c’est une marque française qui se fait discrète niveau pub et marketing qui sort gagnante d’un an de souffrance à mes cotés.

Autre facteur ; qui dit marque française dit achat de proximité et donc éco responsable. Enfin là, je m’avance un peu car il faudrait connaître leur mode de production et visiter leur usine pour pouvoir donner un avis concret (et oui ceci est un appel du pied à être invité chez Simond :-p )

Bon shopping alpin à tous.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire