Je pense donc je grimpe.

lundi 27 août 2012

Cheville foulée/cassée en montagne ou en falaise : que faire ?

547207_10150977548429697_304373673_n

Les chevilles sont souvent malmenée par les sports de grimpe : fracture due à un pied coincé dans une faille au moment où l’on a zippé, chute mal gérée sur les crash-pad, descente rando fin de journée et arrivée subite de la petite glissade imprévue avec sa copine la foulure douloureuse, etc.

Cet été, j’ai testé la version : « Retour du sommet et glissade stupide à 30 minutes des télécabines ». Résultat : tous les tendons HS et un an d’interdiction de grimper !

Afin d’éviter que cela vous arrive, et afin de vous aider si cela vous arrive, voici donc un nouvel article 100% sécurité vertical.

Eviter que cela arrive

Il y a une série de « best practices » à suivre afin d’éviter de s’exploser une cheville.

La première est de toujours porter des chaussures de randonnée haute. D’ordinaire, je respecte toujours cette règle. Le jour de mon accident, je portais des chaussures type « trail » afin de pouvoir écrire un article de test pour Nospot : fausse bonne idée.

La deuxième règle : si en escalade ou en alpinisme, lors d’un passage, la voie semble nécessiter l’immobilisation du pied dans une cannelure ou une fissure et que votre Gémini Criquet intérieur vous dit de ne pas le faire : ne le faites pas ! Suivez votre instinct, faites lui confiance; ça évite souvent bien des soucis.

La troisième règle à retenir est qu’il faut mieux superposer les crash pad que aligner car la loi de Murphy vous dira que vous votre cheville ira se poser à la jonction des crash pad.

Une dernière astuce est d’utiliser des bâtons de marche qui vont permettront de vous récupérer en cas de cheville qui part en vrille.

Et c’est quand même arrivé…

La première étape est de savoir si vous vous êtes :

> Foulé la cheville
> Cassé la cheville
> Cassé la cheville avec une fracture ouverte

Identifier le dernier cas est le plus facile. Si vous avez une fracture ouverte : interdiction de bouger !  Contactez le 112, puis appliquez une compresse stérile imbibée d’une lotion désinfectante et entourez le tout d’un bandage stérile.

Pour identifier la cheville cassée de la foulée, la douleur est le meilleur des indicateurs. 

En clair, si vous arrivez à marcher c’est foulé et si vous n’y arrivez pas c’est cassé.

 

526830_10150959445144697_495373566_n

Cheville cassée

Si c’est cassé, vous devez vous confectionner une attelle d’appoint. Pour cela : bandage (ou à défaut corde) et deux bâtons pour soutenir le cheville. A défaut, un bandage bien serré (mais pas trop) fera l’affaire.

Ensuite : attendre les secours.

Pour rappel, il existe des codes de communications avec les secours. Voir notre article à ce sujet : http://www.nospot.org/2012/07/guide-les-signaux-de-detresse-en.html

Cheville foulée

Si vous avez de la neige à proximité, mettez en beaucoup dans votre chaussette et dans le bandage que vous allez utiliser pour soutenir votre cheville ; cela évitera qu’elle gonfle de trop. Entourez la cheville en serrant bien mais ne coupez pas la circulation. Si vos orteils refroidissent ou deviennent bleus ou que vous ressentiez des picotements, ré-entourez votre cheville. Si votre circulation est bloquée, la guérison sera ralentie.

RAPPEL : la trousse de secours

Pour savoir ce que doit contenir votre trousse de secours, merci de lire ou relire cet article : http://www.nospot.org/2012/07/j-contenu-de-la-trousse-de-secours-pour.html

Attendre les secours ou rentrer par vos propres moyens ?

Une fois votre cheville correctement « emballée », la question à se poser est de savoir si vous demandez aux sauveteurs de montagne d’intervenir ou si vous rentrez par vos propres moyens.

Le raisonnement à effectuer est simple : les sauveteurs seront-ils là avant la nuit et si ils ne peuvent arriver avant la nuit, sommes-nous équipés pour passer une nuit à la belle étoile. Cette réflexion s’accompagne bien entendu d’un petit topo météo. (Voir articles : http://www.nospot.org/search/label/Bible%20des%20topos%20m%C3%A9t%C3%A9o )

Si la déduction de votre réflexion, après échange de point de vue avec les sauveteurs via téléphone mobile, est qu’il faut rentrer par vos propres moyens, vous devrez vous confectionner un brancard de fortune.

La technique la plus simple est d’utiliser des pulls et deux bois solides. Une corde d’escalade peut servir à la place des pulls et/ou à la place des bois (mais pour cette dernière option, il est à signaler que c’est très inconfortable pour les porteurs).

pict0010

Pour une cheville foulée, si vous avez entouré la cheville de neige et que la marche n’excédera pas une heure (soit +/- 20 minutes de marche « classique »), vous pouvez choisir de rentrer en marchant, en vous appuyant sur des bâtons ou sur vos amis du jour. C’est la solution que j’ai choisie et je peux vous dire que cela fait mal Clignement d'œil

 

DSC_0220


 

De retour à la maison : détails de traitement pour votre cheville foulée

Première étape : hôpital et radio.

Si ce n’est pas possible, une seule règle d’or : repos !

Pendant les premières 24 à 48 heures après vous être foulé la cheville, vous devez essayer de ne pas vous tenir sur vos pieds. Restez allongé, le pied légèrement surélevé (posez le sur plusieurs coussins). Glace et crème anti inflammatoire seront vos meilleurs amis.

Glace ? Comment l’utiliser ?

Au cours des 48 heures après la blessure, mettez de la glace sur la foulure pendant 20 minutes, toutes les 3 ou 4 heures. Si vous laissez la glace pendant plus de 20 minutes, vous risquez de faire plus de mal que de bien aux tissus. Vous pouvez utiliser un sachet de petit-pois surgelés comme vessie de glace ce qui vous permet de réutiliser le sac.

Et puis…

Rééducation, kiné, patience et repos !

547137_10150959445519697_353733411_n

2 commentaires :

  1. Anonyme16:32

    Merci pour ton article. Moi, dans le genre stupide, j'ai testé la version "chute au troisième point d'une voie de chauffe et réception sur un bloc au départ de la voie" ... très con aussi, résultat : luxation ouverte de la cheville.
    J'ai eu l'énorme chance d'avoir sur place 2 médecins (mon pied n'était plus irrigué :-\) et des grimpeurs valeureux pour me redescendre car je ne me voyais marcher dans cet état ...et c'est pas le médecin et l'ambulancière espagnols qui sont arrivés qui auraient pu me transporter :)
    Bon courage à toi !

    RépondreSupprimer
  2. Etre bien entouré est souvent important dans ce genre de situation! J'espère que tu as pu récupérer!

    RépondreSupprimer