Je pense donc je grimpe.

mardi 24 juillet 2012

H. Le matériel utilisé pour chaque type d'escalade

Dans cette dernière partie concernant l’escalade, nous allons voir plus en détails les différentes pratiques et surtout le matos utilisé. De nouveau, ce n’est pas exhaustif mais j’espère vous donner un bon aperçu de chaque pratique, principalement pour les néophytes.

Le bloc

 


Le bloc ne nécessite pas beaucoup de matos. A part une paire de chaussons, des vêtements adaptés et un peu de magnésie, il faut un crash pad et … une brosse à dent !



Explications :

o le crash pad est un petit matelas portable utilisé pour la sécurité de l’escalade sur bloc. En effet, il permet d’amortir la chute du grimpeur et diminuer le traumatisme dû à la chute. Les crash pads sont spécialement développés pour l’utilisation enescalade, notamment grâce à des couches de mousse de différentes densités.

o la brosse à dent est une vraie brosse à dent… (pas celle que vous utilisez le soir pour vous brosser les dents…une prévue uniquement pour le bloc…) qui sert à nettoyer les prises de la magnésie qui a une fâcheuse tendance à former des couches glissantes pour les semelles des chaussons. Et comme par définition, le grimpeur de bloc est un grand utilisateur de magnésie… (oh, ça va, ça va… Je fais aussi du bloc de temps en temps, hein…)

Dans une salle proposant du bloc, il n’est normalement pas nécessaire d’avoir un crash pad. Elles sont habituellement équipée de tapis spéciaux dans la zone de bloc.

Pour le choix des chaussons, il se portera généralement sur un chausson technique, asymétrique et très petit afin d’avoir une bonne adhérence sur les petites prises et de très bonnes sensations au niveau des orteils. Les voies de bloc étant courtes, le confort n’est pas un élément trop important. Dans ce cas, les chaussons utilisés peuvent être des ballerines, que l’on peut prendre jusqu’à deux pointures en dessous.

La salle


Pour grimper en salle, le matériel nécessaire est le suivant : chaussons, harnais,vêtement adaptés et un système d’assurage avec le ou les mousqueton(s) nécessaire(s). Les cordes sont en place sur les voies et la structure permet de grimper en sécurité.

En Belgique, on grimpe en moulinette, au contraire de la France où l’on grimpe généralement en tête. La structure des murs est donc renforcée pour subir de petites chutes et les voies sont équipées de dégaines permanentes, assez rapprochées dans lesquelles il suffit de clipper la corde au fur et à mesure de la progression.


Quel matériel est nécessaire pour grimper en salle ?


Il ne faut pas beaucoup de matériel pour grimper en salle : un harnais, une paire de chaussons, un système d’assurage avec un mousqueton de sécurité et un sac àmagnésie. La corde est fournie par la salle d’escalade (en Belgique)


 Les voies équipées


L’escalade sur voies équipées est aussi appelée escalade sportive. Elle se pratique en rocher, lequel est équipé d’ancrages permanents. Les plaquettes et les broches constituent ces points d’ancrage permettant au grimpeur d’y clipper des dégaines.

Si les voies sont de faible hauteur, moins d’une demi longueur de corde, et accessibles par le dessus, elles sont habituellement équipées pour la moulinette. Les deux derniers points d’ancrage, accessibles par le haut des voies, doivent comporter une chaîne reliée à chacun d’eux et dans laquelle on passe la corde. Dans ce cas, on y assure en moulinette.

Les voies mesurant plusieurs longueurs de corde sont équipées de relais et se grimpent en tête. Le premier de cordée grimpe en se protégeant grâce aux dégaines qu’il place dans les points d’ancrage. Une fois au relais, il assure le second qui récupère les dégaines au fur et à mesure de la progression. Arrivé au relais, le second part en tête dans la longueur suivante. Et ainsi de suite jusqu’au sommet de la voie. Au sommet, deux possibilités : soit la voie mène sur un chemin. Dans ce cas, il suffit de l’emprunter et rejoindre le pied du rocher. Soit, et c’est le cas le plus probable, aucun chemin n’est accessible au sommet de la voie. Pour descendre, il faut effectuer un rappel de relais en relais jusqu’au pied de la voie.


Quel matériel est nécessaire pour grimper sur falaise équipée ?


Grimper sur falaise équipée nécessite plus de matériel.

Tout d’abord, nous avons besoin de chaussons. Ceux-ci doivent être choisis avec soin. Cela dépend du type de grimpe que l’on privilégie. Dans ce cas, on choisira plutôt des chaussons rigides afin d’éviter la fatigue. En effet, en falaise, les voies sont longues et il faut pouvoir supporter ses chaussons pendant de longues durées. De plus, il faut prévoir un chausson assez technique si l’on s’engage dans des voies d’assez haut niveau. Mais il faut également être attentif au confort du chausson. En effet, il sera difficile, voire impossible d’enlever régulièrement ses chaussons le long d’une voie.

Ensuite, le harnais. Il doit être confortable et les porte-matériel doivent bien desservir les dégaines. Le confort est important car il est très fréquent d’être suspendu dans son harnais à un relais. Ne pas hésiter à essayer plusieurs harnais et, si possible, pouvoir les tester suspendu à une corde. La ceinture du harnais doit être placée au-dessus du bassin et serrer de façon à ce que le bas du corps ne puisse passer au travers du harnais. Pour les tours de cuisse, il faut pouvoir passer une main entre le tour de cuisse et la jambe. Faire également attention aux autres points du harnais : le point d’encordement (simple ou double avec un anneau d’assurage), tours de cuisse réglables ou non, une ou deux boucles à la ceinture, les porte-matériel (souple ou rigides, desservent bien les dégaines, …), etc, …

Le grimpeur en falaise a besoin de sa propre corde. Dans le cas de voies équipées, l’utilisation d’une corde à simple de 70m est recommandée. En effet, 70m permet, si besoin est, de descendre en rappel d’un relais à un autre. Ceux-ci, sur falaise équipée, ne sont généralement pas distants de plus de 30m. Et puis, pas besoin de corde à double car les protections sont « béton » (si le site est entretenu régulièrement).

Pour le système d’assurage, le choix le plus judicieux est un système de type « Reverso » (je le répète, ce n’est pas le seul disponible sur le marché mais certainement le plus répandu). Ce type d’assureur-descendeur est très polyvalent : il permet d’assurer le premier, d’assurer le second depuis un relais sans point de renvoi et de descendre en rappel.

Il est nécessaire d’emporter une « personnelle », longe dynamique qui permet de se mettre en sécurité sur le relais.

Bien sûr, plusieurs mousquetons de sécurité seront nécessaires pour le système d’assurage, la « personnelle », les relais, … Toujours avoir quelques mousquetonssupplémentaires « au cas où ».

Des anneaux de sangle sont nécessaires pour mettre en place les relais. Prévoir différentes longueurs afin de s’adapter au mieux aux différentes situations. Au niveau de la progression, un jeu d’une dizaine de dégaines devrait suffire. C’est mieux d’en emporter plus que le nombre de points d’ancrages qui existent entre chaque relais.




Aucun commentaire :

Publier un commentaire